Un jour je serai RRH

Un jour, je serai RRH… ou l'itinéraire d'une jeune RH pleine d'enthousiasme

 

Moi, j’aime pas les classements…

Tous les dirigeants et RH de la terre ont les yeux rivés sur les classements d’entreprise (vous savez, ces classements qui vous expliquent quelles sont les entreprises où il fait bon travailler et dont je cacherai le nom), au même titre que les directeurs d’école scrutent les classements des meilleures formations. Moi, je n’aime pas tous ces classements, et je ne suis pas la seule.

D’abord, parce que j’ai vécu une expérience quasiment traumatisante! Dans ma grande société du CAC 40, nous étions toujours très bien classé, on n’en parlait jamais, jusqu’au jour funeste où le concurrent direct aà eu l’outrecuidance de nous passer devant. Voilà le grand directeur (vous savez, le n+ vous ne savez même pas combien, celui devant lequel tout le monde tremble et baisse les yeux) qui s’invite lors de la réunion mensuelle pour nous expliquer (en haussant le ton bien sûr) que c’est inacceptable et que nous sommes forcément des incapables, sinon nous n’en serions pas là. Recroquevillée dans un coin, je ne pouvais pas m’empêcher de penser

  • que ce soudain intérêt pour les classements était tout de même bien étonnant. Que les directeurs sont prompts à blâmer et lents à féliciter! Jamais personne ne nous avait dit qu’être les premiers du secteur dans ce classement était une réussite que l’entreprise nous devez.
  • que, comme le disait si bien le directeur de mon école de commerce, les classements sont faits pour évoluer, c’est ce qui crée le business. Ainsi, tous les ans, les magazines font des records de vente avec leurs classements de grandes écoles, et pour s’assurer un lectorat important, ils font évoluer les classements tous les ans, cela évite la routine. De la même façon, l’entreprise ayant mis en place le classement le fait évoluer un peu chaque année pour justifier son travail…

Depuis, j’ai découvert que ce classement était fait par une entreprise, et non un institut indépendant, et que cette même entreprise vend en fait du service. Elle ne classe que ses clients, et son créneau est de proposer un audit des pratiques notamment RH de l’entreprise et de lui proposer des axes d’amélioration. En outre, elle vous inclut dans ces dits classements. Cela revient donc extrêmement cher et remet fortement en question le côté objectif de ces classements!

Je ne dis pas que le travail de cette entreprise n’est pas intéressant, au contraire, elle aide ses clients à progresser sur le volet bien être au travail notamment. J’analyse ces classements comme un très bon coup marketing de cette entreprise qui de ce fait vend son offre de conseil très facilement. Mais cela est certain, je me méfie de tous les classements, ils ne sont jamais gratuits… Je préfère me fier aux sites de notations, bien qu’il est vrai, ce sont surtout les mécontents qui font entendre leur voix.

Dans : Humeur
Par AZS
Le 27 avril 2012
A 9 h 48 min
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

projetpro |
lcmt |
pergolamelbourne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | surendettement1rachatcredit
| hotshop0306
| upasc