Un jour je serai RRH

Un jour, je serai RRH… ou l'itinéraire d'une jeune RH pleine d'enthousiasme

 

L’hypocrisie de l’entretien annuel

Il est une cérémonie classique dans les entreprises, celle de l’entretien annuel.

Techniquement, il n’est pas obligatoire. La loi impose simplement un entretien bisannuel pour parler de formation. Dans les faits, quasiment toutes les entreprises se plient à cette tradition, et bien souvent sans savoir trop pourquoi.

Le principe est noble: on se ménage un temps suffisamment long pour discuter dans le calme de questions fondamentales (bilan de l’année, objectifs, formation, évolution & rémunération). Il est important de créer l’opportunité d’évoquer ces sujets car certains collaborateurs n’oseront pas aborder ces sujets en dehors d’un cadre bien établi. En outre, dans certains métiers (notamment techniques), les collaborateurs ont tendance à ne pas trop s’intéresser spontanément à la formation par exemple, il est donc crucial de pouvoir en parler de manière formelle assez régulièrement. Cela force également le supérieur à se poser la question de la rémunération une fois par an, ce qui n’est pas si mal.

Seulement, dans de nombreux contextes, l’entretien annuel n’est qu’une vaste hypocrisie. En effet, on assiste souvent à deux monologues: le salarié va exposer son point de vue (ses résultats, ses attentes et parfois, s’il en a le courage et la force, ses revendications), le supérieur va exposer le sien qui sera très rarement le même évidemment, et personne n’essaiera vraiment de discuter, de comprendre l’autre, voire de négocier. Soyons clairs: tout est prévu d’avance. Par exemple, les augmentations rentrent dans le cadre plus vaste d’une politique de rémunération, discutée et préparée en amont par la direction, les décisions sont donc arrêtées avant l’entretien annuel. C’est pourquoi, dans de nombreuses entreprises, tous les entretiens annuels ont lieu à une même date… Ainsi, le salarié qui prépare ses arguments en espérant négocier une augmentation va se retrouver face à un mur…

Dans un monde idéal, l’entretien annuel devrait exister bien sûr, mais ne devrait pas être le seul point de rencontre ni la seule opportunité d’évoquer l’ensemble de ces sujets. Les structures devraient avoir une souplesse suffisante pour permettre, éventuellement, des augmentations à des rythmes peut-être plus soutenus, ou du moins pas forcément calés sur des dates d’anniversaire. L’entretien annuel devrait être l’occasion de s’écouter, de négocier: j’imagine assez bien un modèle où on se rencontre pour présenter chacun son point de vue, pour discuter, pour négocier, puis, quelques jours plus tard, une brève entrevue est organisée pour annoncer les décisions arrêtées en termes d’augmentation ou de mobilité. Bien sûr, cela demande une plus grande organisation et prend du temps, mais ce serait la fin de l’hypocrisie. Hélas, même dans mon entreprise, on en est loin! Je vais essayer de faire bouger les choses…

Dans : Humeur
Par AZS
Le 24 mai 2012
A 9 h 39 min
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

projetpro |
lcmt |
pergolamelbourne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | surendettement1rachatcredit
| hotshop0306
| upasc