Un jour je serai RRH

Un jour, je serai RRH… ou l'itinéraire d'une jeune RH pleine d'enthousiasme

 

Je milite contre… l’exploitation des stagiaires

Non, un stagiaire (souvent sous-payé, mais même s’il l’est plutôt bien) ne doit pas travailler 50h par semaine. C’est un stagiaire!

Je milite contre toutes ces sociétés qui ont des stages sans cesse renouvelés: un stage doit être temporaire et a pour objectif de remplir une mission précise, dans le cadre si possible d’une pré embauche. Cela ne doit pas être une variable d’ajustement.

Je milite contre ces sociétés qui recrutent des stagiaires au lieu de CDD voire de CDI pour faire des économies. Souvent, les stagiaires ne disent rien car cela leur permet de se faire de l’expérience, mais ce n’est tout de même pas normal!

Je milite contre ces sociétés qui recrutent en stage des personnes diplômés depuis parfois plus d’un an. Et qui les incitent à s’inscrire à une formation quelconque pour bénéficier d’une convention de stage.

Stop aux abus! Un stage est une période de formation, un stagiaire n’est là que pour remplir une mission précise dans un temps déterminé. Arrêtons d’en abuser!

Dans : Je milite pour...
Par AZS
Le 8 janvier 2013
A 10 h 26 min
Commentaires : 3
 

3 Commentaires

  1.  
    Lola
    Lola écrit:

    Mieux que les stages, il existe simplement les contrats d’apprentissage ou encore le contrat d’alternance qui permet aux jeunes diplômés d’avoir le même statut et les mêmes avantages que tout autre salarié de l’entreprise, qui facilitera d’autant plus sa recherche d’emploi à venir. Ou peut être simplement être embauché par la même entreprise? L’entreprise ne s’engagera évidemment pas pour 6 mois mais pour un an. Les employeurs invoqueront alors plus de flexibilité dans l’emploi pour favoriser la concurrence mais au jour d’aujourd’hui, ce n’est pas ce créneau qui sera porteur pour la pérennisation de l’entreprise mais plutôt l’innovation. Tout dépend de ce l’on souhaite dans sa démarche RSE, on veut une société qui favorise la précarité de l’emploi et faire à côté du mécénat pour réhabiliter son image ou avoir une démarche logique du bien être de ses salariés?

    •  
      AZS
      AZS écrit:

      Ayant été moi-même apprentie pendant plus de deux ans, j’abonde dans ce sens. Mais étant aujourd’hui au plus près des finances d’une toute petite entreprise, je peux témoigner qu’en fait, un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation peut être un investissement très lourd, d’où le recours aux stages. Je sais que cela peut paraître étonnant, mais croyez moi, quand on est une vingtaine de salariés, cela compte.

Répondre

 
 

projetpro |
lcmt |
pergolamelbourne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | surendettement1rachatcredit
| hotshop0306
| upasc