Un jour je serai RRH

Un jour, je serai RRH… ou l'itinéraire d'une jeune RH pleine d'enthousiasme

 
  • Accueil
  • > Humeur
  • > C’est l’histoire du stagiaire dont la mission est de recruter son remplaçant

C’est l’histoire du stagiaire dont la mission est de recruter son remplaçant

Les étudiants doivent souvent effectuer des stages, censés les aider à déterminer leur projet professionnel et à acquérir de l’expérience. Evidemment, ils souhaitent des stages intéressants, professionalisants, avec de vraies missions, etc., etc.

De leur côté, les entreprises ont tendance à avoir recours aux stagiaires car ce sont des « petites mains »: de la main d’œuvre pas chère, et quasiment corvéable à merci.

Je me suis déjà épanchée sur ma vision des stages, et je ne vais pas revenir là-dessus. Je pense avoir une grande éthique quant aux stages, et je n’y ai pas recours systématiquement en cas d’augmentation de charge de travail, ni en remplacement d’une possible embauche. Un stage doit être une mission précise, mission qui peut être effectuée sur une durée limitée, et, si possible, dans l’optique de tester la personne pour la recruter par la suite si elle correspond aux critères de recrutement.

Un stagiaire ne doit pas être là uniquement pour « alléger » une personne de ses tâches, il doit pouvoir apporter quelque chose en plus, ne serait-ce qu’un regard extérieur sur le fonctionnement de la société. Le stagiaire ne doit pas non plus être recruté uniquement pour « faire mousser » son maître de stage qui pourra ainsi jouer au manager.

Mais l’histoire des stagiaires est encore plus perverse dans le recrutement. On retrouve souvent des stagiaires propulsés au rang de recruteur, voire de « responsable du recrutement des stagiaires ». Et cela n’a pas l’air de contrarier les sociétés qui ont recours à ce type de pratique! Mais comment un stagiaire peut-il être l’ambassadeur d’une société qu’il connaît à peine et qu’il est voué à quitter, au plus tard dans six mois? Comment ce même stagiaire peut-il évaluer des candidats ayant le même âge que lui, le même parcours, les mêmes questions, alors qu’il n’est dans l’entreprise que depuis quelques jours?

En outre, il est évident qu’un stagiaire met plus de temps, du moins au début de son stage, qu’un salarié pour effectuer ses différentes tâches – il faut bien qu’il apprenne. C’est pourquoi il arrive que le stagiaire passe, à la fin de son stage, tout son temps… à recruter son remplaçant. Remplaçant qui, de même, passera un mois à recruter son remplaçant… Et voici comment on entretient un système complètement fictif et vide de sens.

Dans : Humeur
Par AZS
Le 4 février 2014
A 10 h 58 min
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

projetpro |
lcmt |
pergolamelbourne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | surendettement1rachatcredit
| hotshop0306
| upasc