Un jour je serai RRH

Un jour, je serai RRH… ou l'itinéraire d'une jeune RH pleine d'enthousiasme

 

S’il vous plaît, amis recruteurs…

… répondez aux candidats.

Je ne suis vraiment pas contente, tant de mon expérience personnelle que de ce que j’entends autour de moi. Trop de RH ne répondent jamais aux candidats, je dirais même que c’est la majorité des recruteurs.

Il  y a, d’abord, répondre aux candidats qui ne sont pas sélectionnés dès l’envoi de leur CV. C’est long et fastidieux, mais j’estime que la moindre des politesses est de répondre à tous les candidats. Cela nous est déjà tous arrivé: on apprécie tout particulièrement une offre d’emploi, on prend du temps à rédiger une belle lettre de motivation, puis on attend, fébrilement… et jamais de réponse. Mieux vaut être déçu que de rester dans l’expectative. Bien sûr, il serait optimal d’expliquer pourquoi les CV ne sont pas retenus, mais nous ne sommes pas chez les bisounours: moi même je ne le fais pas toujours, question de charge de travail et d’automatisation des tâches. Alors, un mail de refus, et la situation se clarifie.

Plus important, répondre aux candidats qu’on a rencontrés en entretien. C’est absolument primordial. Le niveau zéro de la réponse, c’est le mail type: « désolée, votre candidature n’a pas été retenue, bonne chance pour la suite… ». Bas de gamme, révélatrice d’un vrai manque de courage et d’honnêteté, mais la réponse a le mérite d’exister. J’avoue l’avoir fait en début de carrière car je n’étais pas très à l’aise avec l’exercice des réponses négatives. Au moins, le candidat sait à quoi s’en tenir et ne poireaute pas pendant des jours.

Le niveau 1, c’est l’email personnalisé pour expliquer les raisons du refus. Le niveau 2, optimal bien sûr, c’est le coup de fil pour faire une réponse négative argumentée.

J’ai appris dans ma précédente entreprise à appeler TOUS les candidats pour leur faire un retour. C’est fastidieux mais très qualitatif. Avec du recul et de l’expérience, je pense qu’il n’est pas nécessaire d’appeler l’ensemble des candidats: certains, on le sait, n’aiment pas être remis en question ou ont clairement montré en entretien qu’ils ne tenaient pas particulièrement à notre entreprise. Je suis d’avis de leur envoyer un mail personnalisé. J’ai ainsi pu constater, dans plus de 9 cas sur 10, que les candidats s’en satisfaisaient. Certains en revanche vont demander plus de détails, et là on passe à la réponse par téléphone. En revanche, pour les personnes avec lesquelles on a eu un bon feeling, les jeunes candidats, ceux qui ont besoin de conseil, etc., il faut les appeler, c’est dans leur intérêt.

Combien de fois n’ai-je eu aucune nouvelle des entreprises malgré des entretiens! Plus grave, aucune nouvelle de cabinets de recrutement! C’est scandaleux et signe de manque de professionnalisme certain. Je ne me gêne plus pour leur envoyer un mail leur expliquant mon point de vue et le peu d’intérêt que représente pour moi une direction RH qui n’est pas capable de faire un retour à ses candidats.

Alors, amis recruteurs, prenez votre job au sérieux et faites des réponses. Tout le monde vous en sera reconnaissant.

http://maviederh.tumblr.com/post/28827401556/quand-je-dois-faire-une-reponse-negative-a-un-candidat ;)

Dans : Humeur
Par AZS
Le 2 août 2012
A 12 h 52 min
Commentaires : 0
 
 

Les regards condescendants…

Aujourd’hui, je suis RRH dans une petite société plutôt technologique. En tant que RRH, je m’occupe donc également du recrutement, et je le dis haut et fort: j’en ai marre des regards condescendants.

Je m’explique: quand on évolue dans un métier technique, il est de bon ton de critiquer les RH. A entendre tout ce beau monde, les RH sont incompétentes (car bien sûr, il ne s’agit que de femmes!), inutiles, remplaçables très facilement et surtout elles ne comprennent rien à la technique. Alors on se moque des RH, on les fustige… bref, nous autres pauvres RH en prenons pour notre grade.

Il existe pourtant deux types de RH. Le premier, que je critique vertement, ce sont effectivement ceux que je qualifierai de mauvais RH: ils n’essaient absolument pas de comprendre le métier dans lequel évolue leur entreprise. En entretien de recrutement, ce sont ceux qui déclarent ouvertement: « oh vous savez, moi je n’y comprends rien… ». C’est horripilant, les candidats ont l’impression de perdre leur temps et je pense que c’est effectivement le cas.

Deuxième catégorie, celle dont je fais partie, les RH consciencieux. Ils font tout pour comprendre le métier, ou du moins ses bases, pour pouvoir établir un dialogue avec les candidats et les salariés. En général, les salariés leur en sont reconnaissants. En revanche, les candidats se rebellent: comment? Un RH qui essaie de parler de mon métier? N’importe quoi! Qu’est-ce qu’il en connaît d’abord? Il n’y comprend rien! Et c’est là qu’apparaissent les regards condescendants, lorsque malheureusement le RH a le tort de se tromper sur un point technique… on voit dans les yeux du candidat tout l’orgueil, toutes la condescendance de celui qui sait face à celui qui ignore. Je hais cette réaction: le candidat devrait au contraire se féliciter de rencontrer un RH qui cherche à parler son langage, d’autant plus que le RH n’est JAMAIS là pour juger du niveau technique du candidat! Il doit évaluer d’autres points, comme la présentation, la fluidité à l’oral, les capacités d’expression, les valeurs, le projet professionnel, la capacité à vulgariser ses expériences… et certes, c’est bien plus facile quand on parle le même langage.

Alors, vous autres candidats techniques, prenez un peu de recul et essayez de comprendre le métier du recrutement avant de stigmatiser les RH. Et rappelez vous que la différence entre le RH et vous, ce que le RH essaie de comprendre votre métier, alors qu’il est bien moins certain que vous-même essayiez de comprendre le sien…

Dans : Humeur
Par AZS
Le 21 mai 2012
A 10 h 01 min
Commentaires : 0
 
 

Savoir gérer un process de recrutement

Quand on fait du recrutement, on tombe parfois de haut! Bon nombre de candidats ne savent absolument pas gérer un processus de recrutement. Timidité, naïveté, maladresse, impolitesse, manque de recul… je ne sais pas exactement ce qui justifie les comportements que l’on peut observer, mais ce que je peux dire c’est qu’ils sont impardonnables.

Il n’est pourtant pas difficile de bien gérer un process de recrutement. Quelques règles à garder en tête à appliquer:

  1. On répond à tous les recruteurs qui nous contactent. Ils sont parfois très nombreux, je sais… mais un mail de deux lignes pour dire « je vous remercie mais je ne suis pas intéressé » ne vous prendra pas beaucoup de temps et sera très apprécié. En plus, devant cette réponse, le recruteur classera votre dossier et ne vous harcèlera pas dans l’attente d’une réponse… en bref, vous vous rendez service.
  2. Quand un entretien est fixé, on s’y rend bien sûr. Si on a un empêchement ou si on change d’avis, on prévient le recruteur. Vous n’imaginez pas le nombre de candidats qui ne viennent jamais et font les morts! Ils sont bien souvent blacklistés…
  3. On tient les recruteurs au courant de l’évolution de sa recherche: typiquement, si on signe un contrat ailleurs, on le dit à tout le monde. Ça fait gagner du temps!
  4. On tient ses délais: si on vous a demandé de rappeler à une date fixe, vous le faites… et n’aillez pas peur du téléphone, le recruteur ne va pas vous manger.
  5. On est transparent et honnête: par exemple, si on signe un contrat dans une entreprise, on arrête ses recherches… rien de pire qu’un candidat qui signe et qui se désiste quelques jours après parce qu’il a signé ailleurs! Il est grillé définitivement. Il ne faut pas avoir peur de dire à un recruteur: laissez moi quelques jours, j’attends une autre réponse, etc. Sauf s’il est stupide, le recruteur comprendra et vous laissera un délai… raisonnable, pas de trois mois bien sûr.
  6. On gère son temps: on sait que les processus de recrutement dans les grandes sociétés ou dans certains types de structure (cabinets de conseil ou d’audit par exemple), les process de recrutement sont très longs car il y a de nombreuses étapes (entretiens, études de cas, mises en situation…). Si vous briguez ce type de poste et aussi d’autres dont les process de recrutement sont réputés plus rapides (dans des SSII, des petites sociétés, etc.), échelonnez vos candidatures: l’objectif est d’obtenir toutes les réponses à peu près au même moment. N’hésitez pas à en parler aux recruteurs pour accélérer ou freiner certains process.
  7. On ne cède pas à la pression: certains recruteurs profitent de la faiblesse des candidats et leur mettent le couteau sous la gorge (« il me faut une réponse ce soir sinon la proposition ne tient plus »). Il ne faut jamais céder, cela cache de bien vilaines choses… pour ma part, je n’intègrerai jamais une société ayant recours à de tels chantages, c’est trop louche.

En suivant ces règles, vous multiplierez vos chances de voir vos processus de recrutement aboutir et vous garderez de bonnes relations avec les recruteurs. Cela pourra toujours vous servir par la suite!

Dans : Conseil de RH à l'usage de tous
Par AZS
Le 17 avril 2012
A 9 h 08 min
Commentaires : 0
 
 

Quid de la lettre de motivation

Une question que beaucoup se posent: mais est-elle vraiment utile cette lettre de motivation?

Oui: moi du moins, je les lis, et en tout cas je ne suis pas la seule. Vous êtes tous susceptibles de tomber sur un recruteur qui va vous lire… Soignez donc cette lettre.

Pourquoi les lit-on? Cela permet de juger du sérieux du candidat, notamment grâce à l’orthographe et au contenu de la lettre, de son niveau d’expression et de sa réelle motivation (et oui, on reconnaît tout de suite une lettre copiée-collée).

Ce n’est pourtant pas difficile de faire une bonne lettre de motivation:

  1. D’abord, on commence par « Madame, Monsieur » ou par l’identité du destinataire si vous la connaissez. Bannissez les « Monsieur le Directeur » (si vous n’êtes pas sûr qu’il s’agit d’un homme), ça a le don de froisser les directrices!
  2. Ensuite, situez l’objet de la candidature: qui vous êtes (ingénieur en biochimie depuis 5 ans, jeune diplômé de…), et ce qui vous amène (j’ai consulté votre offre…, je vous ai rencontré sur le forum…, j’ai parcouru votre site web).
  3. Parlez de la société (c’est plus poli de commencer par eux!): ils savent très bien qui ils sont, inutile de répéter ce que vous avez lu sur leur site. En revanche, focalisez-vous sur un point qui vous a marqué: vous êtes engagé dans le développement durable, vous avez lancé un produit révolutionnaire, un de vos collaborateurs avait animé un cours dans mon école… Il s’agit ici de se démarquer!
  4. Parlez de vous: les qualités que vous avez, ce que vous pouvez amener à cette entreprise. Ne jetez pas une liste de mots clés (je suis patient, intelligent, charismatique, ouvert, honnête, impliqué…), argumentez: lors de tel projet, j’ai pu démontrer que je savais animer une équipe pour arriver à un résultat apprécié du client, etc.
  5. Terminez toujours en ouvrant vers l’avenir: dans l’espoir de vous présentez de vive voix mon projet…, je me tiens à votre disposition pour un entretien… .
  6. N’oubliez pas la formule de politesse!
  7. Inutile de scanner une signature… on ne vous en demande pas tant.
  8. N’oubliez pas de vous relire, de faire relire et d’imprimer votre lettre pour vérifier que tout va bien! (taille de police, marges, mise en page, orthographe…).

Le reste, c’est à vous de le faire. Concentrez-vous bien sur les lettres pour les postes qui vous attirent le plus!

Dans : Conseil de RH à l'usage de tous
Par AZS
Le 14 avril 2012
A 10 h 57 min
Commentaires : 0
 
 
 

projetpro |
lcmt |
pergolamelbourne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | surendettement1rachatcredit
| hotshop0306
| upasc