Un jour je serai RRH

Un jour, je serai RRH… ou l'itinéraire d'une jeune RH pleine d'enthousiasme

 

Je quitte mon entreprise… avec mon DIF!

J’ai déjà évoqué le fameux DIF, Droit Individuel à la Formation, qui fait que l’année 2003 aura été une grande année pour les RH.

On le sait peu, mais le DIF est dit « portable », c’est-à-dire que vous pouvez quitter votre entreprise avec votre DIF s’il n’est pas complètement utilisé.

Concrètement, vous avez droit à la portabilité du DIF dans presque tous les cas de rupture de contrat de travail, sauf faute lourde ou départ à la retraite. Ce DIF peut ensuite être utilisé dans une autre entreprise ou auprès du Pôle Emploi. Pour bénéficier de ce droit, il faut en faire la demande à l’employeur que l’on quitte, celui-ci établira un certificat de travail qui devra préciser:

  • le solde du nombre d’heures de DIF non utilisées
  • la somme correspondant à ce solde (sachant qu’un heure de DIF = 9,15€)
  • l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé, l’organisme que gère les budgets formations) dont l’entreprise relève.

A partir de ce moment-là, vous avez 2 ans pour utiliser votre DIF. Il peut financer une formation, une VAE (Validation des Acquis par l’Expérience, ou comment obtenir un diplôme en mettant en avant son expérience) ou un bilan de compétences.

Si le nouvel employeur refuse la formation (et il le peut dans certaines conditions), vous pouvez faire appel directement à l’OPCA concerné, qui pourra satisfaire votre demande, sous certaines conditions encore.

Chers RH, à noter: la portabilité du DIF ne coûte rien au nouvel employeur puisque celui-ci sera financé par l’OPCA du nouvel employeur. Ensuite, les OPCA s’arrangent entre eux le cas échéant.

A tous: pensez-y! 20h par an de DIF, ça s’utilise…

Dans : Comment faire concrètement? A destination des RH,Conseil de RH à l'usage de tous
Par AZS
Le 15 octobre 2012
A 16 h 42 min
Commentaires : 0
 
 

C’est quoi le DIF?

Le DIF, c’est le Droit Individuel à la Formation, institué par une merveilleuse loi de 2003. Le principe est simplissime mais méritait d’être écrit noir sur blanc: tous les salariés ont le droit d’être formé.

Concrètement, le DIF a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d’heures de formation de 20 heures par an, cumulable sur six ans dans la limite de 120 heures. C’est le salarié qui doit être à l’initiative de l’utilisation de son DIF mais l’employeur doit donner son accord. Il s’agit de formations hors du temps de travail (sauf disposition conventionnelle contraire) prises en charge par l’employeur. Le salarié est libre d’y avoir recours, mais s’il décide de ne pas l’utiliser, il ne peut pas demander de compensation financière à son employeur au titre des heures acquises et non utilisées. Lors de la rupture du contrat de travail, le salarié peut demander la portabilité de son DIF, c’est-à-dire que ses droits ne sont pas perdus et sont reportés chez le nouvel employeur.

En bref, le DIF est une chance incroyable pour chacun, il permet aux salariés de continuer à se former! Néanmoins, certains employeurs s’amusent à mettre des bâtons dans les roues des salariés en refusant les formations demandés pour des motifs fallacieux… et en en proposant d’autres, moins intéressantes bien souvent. Alors, pourquoi ne pas demander l’aide de son Délégué du Personnel pour négocier son DIF?

Le DIF, c’est bien, ce n’est pas assez utilisé & connu, dommage!

Dans : Comment faire concrètement? A destination des RH,Conseil de RH à l'usage de tous
Par AZS
Le 23 mai 2012
A 8 h 53 min
Commentaires : 0
 
 

Faites un bilan de compétence!

Bien souvent, les personnes de mon entourage plus ou moins lointain me demandent mon avis sur leur parcours et mon aide dans leurs réflexions quant à leur éventuelle reconversion… Connaître un RH, c’est bien pratique!

Sauf qu’aussi formidables que soient les RH, ils ne peuvent pas connaître tous les métiers, secteurs d’activité et formations. Loin de là! Toutes les études le prouvent, les RH sont souvent cantonnés à un secteur d’activité bien précis, il est difficile d’en changer…

Alors je le dis haut et fort: faites un bilan de compétence! Le bilan de compétence est un examen minutieux de ses propres savoir-faire, attentes, compétences, etc. qui permet de mieux cerner ce que l’on souhaite faire et comment le faire. C’est un merveilleux outil, à plusieurs titres. D’abord, parce qu’il rentre dans le DIF (Droit Individuel à la Formation), droit qui est souvent peu utilisé… donc c’est, en quelque sorte, gratuit. Ensuite, parce que ces bilans de compétence sont faits par des professionnels qui vont vous accompagner dans vos réflexions, en vous aidant à prendre du recul. Afin d’optimiser ce point, je conseille de faire appel à un cabinet extérieur plutôt qu’à un RH au sein de votre entreprise qui pourra avoir tendance à biaiser la réflexion, volontairement ou non. Enfin, parce que cet outil est vraiment bien fait, il s’agit d’une vingtaine d’heures parsemées de tests, discussions avec un professionnel, réflexion personnelle… On a vraiment le temps de se poser et de réfléchir, loin des contraintes et de la pression.

Souvent négligé, le bilan de compétence doit être au contraire mis en valeur. Cherchez autour de vous, de nombreux cabinets de conseil le proposent. N’hésitez plus!

Dans : Conseil de RH à l'usage de tous
Par AZS
Le 10 mai 2012
A 13 h 24 min
Commentaires : 0
 
 
 

projetpro |
lcmt |
pergolamelbourne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | surendettement1rachatcredit
| hotshop0306
| upasc