Un jour je serai RRH

Un jour, je serai RRH… ou l'itinéraire d'une jeune RH pleine d'enthousiasme

 

Nouvelle loi sur le harcèlement: pensez à mettre à jour votre règlement intérieur

Votre entreprise compte plus de 20 salariés depuis 6 mois? Vous avez dû mettre en place un règlement intérieur.

Parmi les articles obligatoires du règlement intérieur se trouve celui concernant le harcèlement moral et sexuel. Avec la nouvelle loi d’août 2012, il convient de remettre à jour ces articles.

Pour vous y aider, les éditions Tissot vous livrent clé en main les articles à faire apparaître dans le règlement intérieur… et en profitent pour vous donner également les affichages obligatoires qui y sont liés. Une fois votre règlement intérieur mis à jour, il convient de la soumettre aux Délégués du Personnel et au CHSCT qui donnent un avis consultatif (que vous n’êtes donc pas obligés de suivre). La suite de la procédure est la même que lors de l’établissement d’un premier règlement intérieur: il vous faut l’envoyer à l’inspection du travail et au conseil des Prud’Hommes.

Fastidieux mais il faut le faire, au travail!

Dans : Comment faire concrètement? A destination des RH
Par AZS
Le 14 septembre 2012
A 8 h 42 min
Commentaires : 0
 
 

L’enfer du décalage entre le discours et la réalité dans certaines sociétés

Une première expérience mitigée dans un gros du CAC 40? Qu’à cela ne tienne, tournons-nous vers une société de taille plus restreinte! Bon, pas trop petite tout de même, les préjugés ont la vie dure: j’ai peur de m’ennuyer dans une trop petite structure.

Me voici donc intégrant une société tout de même 100 fois plus petite que la précédente en termes d’effectif, ce qui n’est pas rien. Pleine d’enthousiasme au départ, je vais aller de déception en déception et l’annonce sans ambages: cette expérience aura été, du moins pour moi, une énorme erreur.

Mais si je suis en train d’écrire ce billet, c’est pour vous faire partager mon expérience! Alors voici quelques conseils pour éviter de vivre la même galère que moi…

 

1. Se méfier des personnes trop affectives: je l’avais vu dès mon entretien avec mon futur manager, il s’agissait d’une personne très portée sur l’affect. Les mots les plus importants pour ce manager: feeling, équipe, confiance… Si ce sont, bien sûr, des concepts auxquels j’adhère, il faut se méfier des personnes qui les placent au centre de leur préoccupation. Car il est tout aussi facile de porter aux nues un collaborateur pour des raisons affectives que de le rétrograder brutalement… L’objectivité est une donnée essentielle, notamment en RH, et il est primordial à mon sens d’être objectivé & évalué sur des critères mesurables, atteignables… je vous renvoie à vos cours de management!

2. De trop beaux discours cachent souvent tout autre chose… Un modèle en construction, des mobilités, de l’autonomie… tous les mots clés que recherche un jeune diplômé étaient disposés sur un plateau d’argent. De quoi faire briller les yeux du moins enthousiaste. Eh bien, méfions-nous, il ne faut pas que tout soit trop beau. Et surtout, le discours doit être ouvert: et non, ce manager génial n’a pas pu penser à tout, il va avoir besoin de vos idées et de vos remises en question, sinon a-t-il vraiment besoin de vous? Un discours trop cadré, trop structuré est aussi trop rigide et laisse donc peu de place par la suite à l’évolution réelle des collaborateurs.

3. Il y avait un loup? Courrez! Hélas, nous autres jeunes diplômés en avons rarement le courage. Pourtant, si vous vous rendez compte rapidement que l’entreprise et l’équipe que vous intégrez ne correspondent pas à l’idée que vous vous en faisiez, si c’est trop évident et trop brutal, il faut partir… vite. Sous peine ensuite d’être bloqué par la peur de l’impression laissée sur le CV: que vont penser de moi les recruteurs si je reste moins de 18 mois? Ne vaut-il pas mieux perdre quelques semaines entre deux expériences et s’assurer des lendemains radieux? J’ai fait cette erreur, j’avais pourtant tout de suite compris que quelque chose n’allait pas… il m’a fallu trois ans pour en sortir.

4. Se prémunir contre les harcèlements. Des personnes trop affectives, un loup dans la bergerie? Souvent, des problématiques de harcèlement risquent d’apparaître… Lorsque le manager génial va finalement décider que vous n’êtes pas si formidable que lui/ que ce qu’il attendait, il va vouloir vous pousser à la sortie et/ou à la faute. Toujours se méfier, garder toutes les traces (notamment mail), se faire assister dans le cadre des entretiens éventuels… J’ai pu remarquer dans cette société que les RH étaient bien souvent les moins bien lotis, exposés à des problématiques de harcèlement mais incapables de les gérer. Vous avez des droits, vous êtes des professionnels des RH, montrez-le! En général, la hiérarchie se met rapidement à plier…

 

Ainsi, cette petite société que je m’étais représentée comme idyllique ne m’aura pas aidé à construire un brillant parcours en RH, mais j’en suis ressortie gonflée à bloc et certaine de vouloir changer les choses par le biais des RH. Je suis sûre que c’est possible!

Dans : Mon parcours
Par AZS
Le 1 mars 2012
A 10 h 52 min
Commentaires :1
 
 
 

projetpro |
lcmt |
pergolamelbourne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | surendettement1rachatcredit
| hotshop0306
| upasc